Meta promeut l’ancien député britannique Nick Clegg à un rôle clé en façonnant son récit plus large et en répondant aux préoccupations



Meta a fait un annonce clé dans le cadre de ses efforts continus pour mieux se faire bien voir des dirigeants mondiaux et éviter d’éventuels défis juridiques et réglementations restrictives, avec les Vice-président aux affaires mondiales et aux communications Nick Clegg est promu à un nouveau rôle qui lui donnera plus de responsabilités pour façonner la portée et les communications de l’entreprise à cet égard.

Comme l’explique le PDG de Meta Marc Zuckerberg:

« J’ai demandé à Nick Clegg d’occuper un nouveau poste de président, Affaires mondiales. Au cours des trois dernières années, Nick a géré certains des problèmes les plus complexes auxquels notre entreprise est confrontée, notamment la politique de contenu, les élections, la création du conseil de surveillance, etc. Nick dirigera désormais notre entreprise sur toutes nos questions politiques, y compris la manière dont nous interagissons avec les gouvernements lorsqu’ils envisagent d’adopter de nouvelles politiques et réglementations, ainsi que la manière dont nous défendons publiquement nos produits et notre travail.

Comme le note Zuckerberg, Clegg, qui a déjà été vice-Premier ministre au Royaume-Uni, a été le leader de Meta pour expliquer sa position sur divers éléments difficiles. Clegg est devenu connu pour son longs articles d’opinion et articles de blog, qui cherchent à recadrer certains récits. Et bien qu’il y ait une crédibilité indéniable à avoir un ancien politicien aussi en vue comme porte-parole sur ces questions, il y a également eu des questions sur l’approche de Meta, car elle se penche sur la politisation et la rotation, dans le cadre de son effort de relations publiques.

En effet, une préoccupation clé à cet égard est qu’en nommant un politicien de carrière (Clegg a été député britannique pendant 12 ans), cela modifie ensuite les motivations de la sensibilisation et de la divulgation des relations publiques de Meta, car les motivations d’un politicien sont très différentes de celles normalement adopté par une entreprise privée à cet égard.

Pour un politicien, toutes les relations publiques consistent à gagner, à présenter l’opposition comme négative et à diluer ses arguments, tout en soulignant les aspects positifs de vos propres politiques et positions, généralement de manière totalement biaisée et spécifiquement orientée.

Pour Meta, ce n’est pas nécessairement une bonne chose, car cela pourrait alors l’amener à minimiser les rapports et les idées négatifs, afin de «gagner» en mettant en valeur les avantages, ou du moins, en édulcorant ces critiques.

Dans le cas de Meta, en exploitant le plus grand réseau interconnecté d’humains de l’histoire, il a un énorme potentiel pour influencer des éléments clés et provoquer des changements sismiques dans le paysage politique, tout en facilitant la désinformation et d’autres dommages potentiels à grande échelle.

Nous le savons, et nous savons aussi que la position de Clegg à ce sujet jusqu’à présent a effectivement été de minimisez-leet pointent les preuves contradictoires comme un moyen de détourner la responsabilité et de contrer l’examen.

Est-ce une bonne chose? Meta devrait-il chercher à détourner et à rediriger, alors qu’il pourrait plutôt examiner de plus près ses opérations et répondre à ces préoccupations clés, plutôt que de les éviter ?

Ce sera une question encore plus importante dans le changement de métaverse à venir, de nombreuses personnes s’inquiétant déjà des méfaits potentiels du harcèlement et des abus dans ces espaces numériques plus immersifs. Au contraire, les outils de Meta auront probablement encore plus d’impact à l’avenir, et en tant que tels, ils devront être tenus responsables et poussés à résoudre ces problèmes, plutôt que de les minimiser alors qu’ils cherchent à dominer le prochain espace technologique.

Meta veut “avancer vite” et “construire des choses géniales”, mais cela nécessite également une réflexion plus approfondie sur les impacts de ceux-ci, et même si Clegg peut être bon pour réfuter les affirmations, ce n’est peut-être pas la meilleure approche.

Mais Meta est également une entreprise privée et, en tant que telle, elle peut adopter l’approche qu’elle juge appropriée pour contrer de tels récits.

Zuckerberg dit que la nouvelle nomination de Clegg lui permettra de concentrer plus d’énergie sur la direction de l’entreprise, tout en soutenant la CTO Sheryl Sandberg alors qu’elle continue de se concentrer sur d’autres éléments, au lieu que les deux soient appelés à défendre la position de Meta.

Attendez-vous donc à de plus longs essais de Clegg expliquant pourquoi les théories sur l’influence négative de Meta sont fausses et pourquoi le métaverse sera vraiment, vraiment bon, malgré les inquiétudes.

Ce qui, pour moi du moins, est définitivement une préoccupation en soi.



Vous pouvez lire l’article original (en Anglais) sur le blogwww.socialmediatoday.com