Facebook annonce de nouvelles initiatives pour sensibiliser au changement climatique et lutter contre la désinformation climatique


Au milieu de la perturbation continue de COVID-19, l’accent mis sur la lutte contre le changement climatique a apparemment pris du recul, bien que les scientifiques aient averti que la menace de dérèglement climatique n’a pas diminué, et s’est en fait intensifiée au cours de la dernière année et demie, augmentant la nécessité d’une action immédiate et significative.

Cette semaine, Facebook se mobilise, avec le annonce d’une gamme de nouvelles fonctionnalités conçues pour sensibiliser aux impacts du changement climatique, tout en finançant également un nouveau programme visant à lutter contre la désinformation climatique sur ses plateformes.

Tout d’abord, Facebook a annoncé l’expansion de son centre d’information sur la science du climat, qu’il a d’abord lancé dans certains pays en septembre dernier afin de connecter les utilisateurs avec des informations climatiques précises et opportunes.

Centre des sciences du climat Facebook

Le hub est désormais disponible dans 16 pays et est visité par plus de 100 000 personnes par jour. Et maintenant, Facebook cherche à en faire un élément plus engageant et informatif.

Comme expliqué par Facebook :

« Nous renommons le hub en Climate Science Center et ajoutons de nouveaux modules comme une fonctionnalité de quiz, en collaboration avec le GIEC, pour tester les connaissances des gens sur le changement climatique, ainsi qu’une fonctionnalité qui fournit aux gens des informations sur les crises liées au climat, à commencer par les incendies de forêt.

Mise à jour du Centre des sciences du climat Facebook

Les nouveaux ajouts en feront idéalement une expérience plus engageante et faciliteront davantage de discussions et de partage des connaissances sur les impacts du changement climatique.

Les mises à jour faciliteront également le partage de nombreuses informations sur le Centre, ce qui pourrait inciter davantage d’utilisateurs à faire passer le mot sur leurs réseaux Facebook, contribuant ainsi à approfondir la discussion sur ces impacts.

En plus de cela, Facebook lance également un nouvelle série de vidéos pour mettre en lumière les jeunes défenseurs du climat sur Facebook et Instagram.

« À partir de Semaine du climat, du 20 au 26 septembre, nous mettrons en lumière les créateurs et les défenseurs qui sensibilisent au changement climatique sur nos applications. Nous lancerons également une vidéo spéciale sur la durabilité alimentaire avec Sydel Curry-Lee sur Facebook Watch, mettant en vedette un certain nombre de créateurs du climat sur @Instagram, et mettre en évidence plusieurs défenseurs de l’environnement dans le but d’inspirer et d’informer les autres sur Facebook. “

Exploiter la popularité des influenceurs de plateformes pourrait être un autre moyen de susciter davantage de discussions sur le changement climatique et de modifier les perceptions grâce à la perspicacité.

Facebook continuera également à soutenir le ‘Série de vidéos Say It With Science, qui voit la Fondation des Nations Unies et le GIEC réunir des scientifiques et des défenseurs de la jeunesse pour présenter les dernières connaissances sur la science du climat.

Et enfin, Facebook dit qu’il investit 1 million de dollars dans un nouveau programme de subventions, en partenariat avec l’International Fact Checking Network, pour soutenir les organisations qui luttent contre la désinformation climatique.

«Grâce à notre investissement d’un million de dollars dans ce nouveau programme de subventions, nous investirons dans des propositions qui tissent des alliances entre des vérificateurs de faits, des experts du climat et d’autres organisations pour soutenir des projets axés sur la lutte contre la désinformation climatique. En consultation avec des experts en communication climatique du Yale Program on Climate Change Communication, de l’Université de Cambridge et de l’Université Monash, nous ajoutons également de nouveaux faits à la Section Faits sur le changement climatique du Centre des sciences du climat.

Ce qui est particulièrement important dans le cas de Facebook, car si la plateforme a mis en place une série de nouvelles initiatives pour amplifier des informations précises, et adresser la désinformation dans les publications, l’échelle de Facebook le voit toujours alimenter certains mouvements et théories du complot qui cherchent à minimiser les impacts du changement climatique, ou même à nier catégoriquement que quoi que ce soit se passe sur ce front.

Selon les rapports, Facebook y a parfois volontairement participé.

Len juillet dernier, un rapport a découvert que Facebook avait inversé ses étiquettes de vérification des faits sur certains messages liés au climat parce qu’un membre républicain du Congrès américain lui avait demandé de le faire. Un mois plus tôt, il a également été constaté que Facebook autorisait de nombreuses publications sur le déni climatique à rester sur ses plateformes en des balises telles que « opinion », les rendant ainsi inéligibles aux vérifications des faits.

Divers climatologues ont critiqué l’inaction de Facebook sur ce front, alors que les données montrent que les théories de la contre-science voient souvent des millions de vues sur la plateforme, les aidant à atteindre un public beaucoup plus large.

Compte tenu de cela, il est important que Facebook cherche à prendre des mesures, mais il lui reste encore du chemin à parcourir pour prendre une position significative contre la désinformation climatique et pour aborder le rôle qu’il joue désormais dans la diffusion de telles informations.

Le plus grand réseau interconnecté de personnes de l’histoire peut avoir une grande influence à cet égard, sans doute le plus grand d’une organisation, et si Facebook adopte une position plus ferme, cela pourrait jouer un rôle majeur dans la réduction de la rhétorique anti-changement climatique et inciter davantage action sur ce front.

Vous pouvez consulter le nouveau Climate Science Center de Facebook ici.



Vous pouvez lire l’article original (en Anglais) sur le sitewww.socialmediatoday.com